Mairie-de-castagniers.com » Cuisinons » Associer mets et vins : que faut-il savoir ?

Associer mets et vins : que faut-il savoir ?

La réalisation d’un bon accord entre plat et vin est tout un art. La maîtrise de cet art est quand même à la portée de tous. Il suffit d’en connaître quelques principes pour faire passer à vos invités et vous d’exceptionnels moments de dégustation. Voici ce que vous devez savoir pour associer à merveille vos mets avec le vin parfait.

Les règles de base

L’idéal dans l’association d’un plat pour accompagner la dégustation d’un vin est de trouver l’harmonie entre les deux. Cela est important pour le bien de vos papilles, mais en même temps pour éviter de gâcher la valeur gustative du vin ou du plat. Il serait dommage si le goût du vin écrase celui du plat ou vice versa. Pour cela, il faut absolument respecter l’équilibre des intensités entre plat et vin. Les deux doivent avoir des goûts qui s’équivalent en termes d’intensité.

Lorsque vous trouvez le bon équilibre entre vos associations, il convient maintenant d’adopter un service qui monte en intensité de goût. Le principe ici est de monter crescendo en intensité au cours de la dégustation. Les associations à goût léger doivent passer avant celles au goût plus prononcé. Il faut toujours garder le meilleur pour la fin. La dégustation doit être cohérente pour vous éviter de rompre brusquement le plaisir et de regretter ce que vous avez consommé précédemment.

Les erreurs à éviter

Une chose est de réussir les associations et l’autre est de définir la bonne chronologie de dégustation. Même s’il est important d’ordonner les couples mets et vin de manière croissante, sa réalisation est souvent guidée par les préférences de chacun. Il existe quand même des normes standards à suivre pour ne pas biaiser la dégustation avant même qu’elle ne commence. Il faut en effet éviter de servir un vin sucré en apéritif ou sur l’entrée. Cette erreur risque de gâcher votre plaisir pour le reste du festin. Le sucre et l’alcool vont alourdir vos papilles qui ne seront plus en mesure de sentir le maximum de goût pour le reste du repas.

Il faut aussi éviter de servir le champagne en dessert. D’ordinaire, il est servi en début de repas. Son acidité permet de réveiller les papilles et d’offrir une meilleure sensation pour la suite du repas. Il est courant de remarquer que beaucoup se resservent le champagne en fin de repas. C’est une erreur qui fait chuter le plaisir de dégustation. L’acidité du champagne mélangée aux sucreries du dessert impose des goûts opposés à l’extrême aux papilles.

Quelques conseils pratiques

Voici quelques pratiques courantes qui pourraient vous être utiles. En effet, il convient d’associer les viandes blanches à un vin léger, puis les viandes rouges avec un vin puissant. Les vins aux goûts très expressifs s’harmonisent bien avec les gibiers. Le vin blanc sera idéal pour les dîners tandis que le vin rouge sera adéquat pour un souper. Le foie gras peut être par exemple accompagné d’un vin blanc en entrée ou d’un vin moelleux juste avant le dessert.

Les viandes saignantes issues de charcuterie s’accompagnent bien quant à elles avec le vin rouge. Un vin blanc léger serait parfait pour la volaille et le poisson. Au dessert, il faut un vin suffisamment sucré pour s’harmoniser avec le goût de la pâtisserie.

Réalisez désormais les meilleures associations mets et vin pour passer d’agréables instants de dégustation.